naar top
Menu
Logo Print

VIDEZ VOS SEPARATEURS DE GRAISSE AU BON MOMENT

Les jauges d'epaisseur de couche de graisse abaissent les couts de vidange

Les entreprises de transformations alimentaires qui travaillent avec des huiles et des graisses dans leur processus de production, sont obligées par la loi de filtrer ces substances via des dégraisseurs. Les huiles et graisses organiques rongent les conduites, entraînent des obstructions et des nuisances olfactives, et surchargent les installations d'épuration des eaux. Le message est donc d'évacuer à temps, mais aussi pas trop souvent. Les jauges d'épaisseur de la couche de graisse aident à optimiser les intervalles de vidange et minimiser les coûts de vidange. D'autres accessoires contribuent aussi à l'efficacité du nettoyage ou entretien.

IMPORTANCE DE LA SEPARATION

Si des graisses et des huiles restent dans les eaux usées, des problèmes peuvent surgir comme des conduites bouchées, l'attaque des machines et du matériel, des vapeurs toxiques et des odeurs désagréables qui conduisent à une ambiance de travail malsaine, voire légalement inadmissible. Notre réseau d'égouts publics et nos sociétés d'épuration des eaux en souffrent. Une collecte et une évacuation efficaces des eaux usées sont incontournables pour les entreprises de transformations alimentaires. Ci-dessous, nous nous concentrons sur les dégraisseurs encastrables dans le sol.


PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

Principe de séparation: la graisse est plus légère que l’eau et flotte, la saleté plus lourde descendLa séparation des graisses est basée sur la pesanteur. Les graisses et les huiles ont une densité massique plus faible que l'eau et y flottent. Les composants ayant une densité massique plus grande que l'eau descendent dans le fond du séparateur. Les huiles et graisses émulsifiées et dispersées ne sont pas retenues ou alors de façon limitée dans les séparateurs de graisse. Du reste, on ne peut amener vers un système de séparation des graisses que des eaux usées dont les graisses et huiles organiques doivent être retenues. Les eaux usées contenant des graisses peuvent provenir d'évacuations de sol avec clapet anti-odeur, de caniveaux de drainage, de cuvettes, d'éviers, de lave-linge et de citernes. L'eau de pluie et l'eau usée (avec liquides légers d'origine minérale) ne peuvent pas être acheminés. Dans la plupart des cas, la contenance complète du séparateur est enlevée par un camion de vidange. Après la séparation, l'eau pré-traitée est envoyée vers les égouts, éventuellement à l'aide d'une pompe de refoulement. Le séparateur doit être rempli d'eau jusqu'au trop-plein de l'évacuation avant la remise en service. Si le niveau d'eau se situe sous le niveau du reflux (habituellement le niveau de la rue), une protection active contre le reflux (installation à siphon ou station de pompage) est nécessaire.


VIDANGE MENSUELLE OBLIGATOIRE

Etant donné que la couche de graisse et la couche de boue grossissent, le dégraisseur doit être vidé à intervalles réguliers. A défaut d'autres prescriptions, les espaces de collecte de la boue (dans le bas) et les séparateurs doivent être vidés, nettoyés et remplis d'eau fraîche au moins une fois par mois conformément à l'EN 1825-2. L'EN 1825 est une norme harmonisée et exige pour chaque séparateur un certificat Declaration of Performance (DoP) qui garantit la conformité. Dans la pratique, la plupart des entreprises choisissent pour des raisons compréhensibles d'espacer au maximum les intervalles de vidange, certainement dans le cas des eaux usées dont la teneur en graisse est relativement faible. L'exploitant doit toutefois pouvoir montrer que la capacité de stockage n'a pas été dépassée pour l'intervalle de vidange choisi.


LA VIDANGE ET LE NETTOYAGE AUTOMATIQUES ALLONGENT LES INTERVALLES D'ENTRETIEN

La vidange et le nettoyage peuvent être entièrement automatiques, sans devoir ouvrir le séparateurLes séparateurs se scindent sur la base de leur mode de vidange (via un couvercle de contrôle ou un tube de vidange fixe) et mode de nettoyage. Sur les modèles de base, ce dernier s'effectue avec un flexible via le couvercle de contrôle ouvert, ce qui induit inévitablement des nuisances olfactives. Sur des modèles plus sophistiqués, des têtes d'arrosage à l'intérieur se chargent du nettoyage, ce qui évite aux opérateurs l'arôme marquant. Le nettoyage est manuel ou automatique. Durant le processus de séparation, la couche de graisse grandit entre l'amenée et l'évacuation du séparateur. Quand cette couche durcit, cela empêche la vidange périodique des eaux usées. Pour éviter cela, on a conçu un système spécifique avec une puissante pompe à haute pression munie d'un jet (175 bars) qui mélange le contenu du dégraisseur jusqu'à pouvoir évacuer la graisse et la boue. Sur certains modèles, de plus grands constituants durs dans l'eau usée tels que des os, des morceaux de plastique, de la corde ou des épluchures, sont hachés finement dans une pompe de broyage. Durant le processus, le contenu harmonisé de la citerne est réinjecté dans la chambre de séparation avec une grande force. Les restes de déchets et la saleté incrustée sont éliminés de l'intérieur des parois de la citerne, ce qui aide à nettoyer l'intérieur du dégraisseur entre les conduites et aide à limiter la corrosion de la paroi.


LE MATERIAU DÉTERMINE LA LONGEVITE

Un revêtement intérieur HDPE protège les séparateurs en béton de l’action des acides grasEn fonction du choix pour l'encastrement ou la pose en applique, les matériaux diffèrent pour le dégraisseur. Dans l'encastrement, on peut choisir un logement en béton avec à l'intérieur un revêtement époxy multicouche résistant à l'acide ou un revêtement PE avec crampons d'ancrage préformés pour protéger le béton. Le PE est plus cher, mais plus résistant à l'acide et quasi sans entretien. Les séparateurs en béton exigent en tout cas un revêtement intérieur. Si celui-ci est absent, des acides gras pénètrent dans la structure du béton, ce qui engendre des coûts considérables en cas de rénovation ou d'assainissement (le béton souillé ne se recycle pas). Une autre option pour l'encastrement, ce sont les dégraisseurs dont le logement est en HDPE (polyéthylène haute densité, …). Ils sont plus légers, mais moins résistants aux niveaux de nappe phréatique plus élevés (au-dessus du niveau d'évacuation). Les bassins en béton doivent résister à la flottaison causée par la poussée de la nappe phréatique, mais doivent, en outre, pouvoir supporter un trafic lourd.


ACCESSOIRES

Différents accessoires complètent les installations, en vue d'un nettoyage et d'un entretien plus efficaces (plus grande longévité), pour les modèles aussi bien encastrés qu'en applique.

Rehausse télescopique

Il est important pour la longévité du dégraisseur encastré que chaque charge causée par le passage de véhicules lourds soit déviée progressivement dans le support. Les fabricants prévoient même à cet effet une construction avec une dalle de béton et une rehausse télescopique. Ceci crée une construction coulissante qui ne transmet aucune charge sur le séparateur. L'étanchéité à l'eau et au gaz reste garantie en cas de tassement.


Les installations à siphon évitent le dépôt

L'utilisation d'une commande horaire ou par tube de force comporte le risque de dépôt de graisse ou de condensation, ce qui influence la commande de façon négative. Même après la séparation, des quantités limitées de graisse restent dans les eaux usées traitées qui disparaissent dans les égouts. Une pompe de refoulement standard cessera vite de fonctionner dans cette application. Pour y remédier, les fabricants ont développé un système d'insufflation de bulles d'air externe géré par microprocesseur, pour un fonctionnement fiable et exempt de graisse de la commande de niveau. Il s'agit d'un minicompresseur qui crée des bulles d'air afin que les contaminations ne se déposent pas dans le tube Pitot, à placer derrière un dégraisseur.


Récupérer la chaleur des eaux usées

Un échangeur de chaleur permet de récupérer la chaleur des eaux usées qui passent dans le séparateur de graisse. Cette chaleur précieuse peut être réutilisée de plusieurs façons; par exemple pour chauffer un bâtiment.


Jauges d'épaisseur de couche de graisse

Une jauge d'épaisseur de la couche de graisse (sur la base d'un capteur à ultrasons) offre un contrôle exact et une indication automatique de l'épaisseur de la couche de graisse et de la température dans un dégraisseur. Ceci permet d'économiser sur les coûts de vidange, vu que la citerne peut être rempli au maximum avant de devoir être vidée. Une alternative plus simple à cette jauge d'épaisseur de couche de graisse est un hublot.

FONCTIONNEMENT D'UNE JAUGE D'ÉPAISSEUR DE COUCHE DE GRAISSE

  1. La jauge d'épaisseur de couche de graisse est reliée à la sortie du séparateur.
  2. Le capteur est logé dans le 'doigt' inférieur et envoie des signaux à ultrasons en amont.
  3. Le bas de la sortie (en fonction du type de séparateur) sert de point de référence pour la mesure (p.ex. 350 mm).
  4. Plus la couche de graisse est épaisse, plus le signal effectue rapidement le trajet du doigt au bas de la couche de graisse.
  5. Ce délai est automatiquement converti en distance (p.ex. 300 mm).
  6. La distance est soustraite de la dimension de référence (350 - 300 = 50) et multipliée par un facteur 1,1 (donc 50 * 1,1 = 55 mm).
  7. Ce facteur illustre la différence de densité entre l'eau et la graisse. La valeur calculée correspond à l'épaisseur de couche de graisse et se lit sur l'unité de commande.